Surf coaching 20/06/2022

Les règles non écrites du surf, niveau avancé : Part 2

Les règles dans la règle

 
Nous avons vu, en observant les conditions particulières offertes par différents types de vague, que s'opèrent certaines adaptations à la règle. Ainsi : 
 

· 1. Laisser de l'air

 
Lorsque les vagues sont multipic, il est de bon ton de laisser de l'air à ses camarades et de ne pas les presser constamment par des manœuvres de contournement de type snaking (je contourne le surfeur pour lui prendre la priorité).
 
Les vagues sont belles, constantes, nombreuses, il y a peu de monde à l'eau, il serait bien venu de ne pas coller, contourner, pressurer ses camarades. Hélas, certains voient là une occasion de se goinfrer de vagues, le soir venu se vanteront d'avoir pris 150 vagues, c'est bon pour l'égo, d'autant qu'il existe une montre étanche pour mesurer le nombre de vagues et la distance surfée ! Ils auront agacé les autres surfeurs en faisant la compétition, s'excitant comme des roquets au lieu de savourer l'instant et de partager.

                                                                                                                                                      

      2. Ne pas monter directement au pic

 
Sauf cas de vagues multipic qui se forment de manière anarchique, le surfeur qui se met à l'eau ne va pas se placer directement au pic alors que d'autres surfeurs sont déjà en attente dans la zone de take-off. Ils attendent la série depuis de nombreuses minutes, le savoir vivre voudrait qu'il n'aille pas leur souffler la série, à peine arrivé. Il doit laisser passer la première série, en patientant à l'extérieur, avant d'aller se placer à l'intérieur.
 
Partout dans le monde où déferlent de belles vagues, celui qui monte directement au pic s'expose à des réactions de rejet de la part de ses pairs. Un comportement déplacé peut provoquer des réaction diverses : il se fera taxer, engueuler ou sortir de l'eau manu militari.
 
En voiture, le gars qui est arrivé à 90 km/h sur le rond point, le pied au plancher, va râler parce qu'il a percuté un automobiliste. De même, le surfeur qui a cru pouvoir enfumer les autres surfeurs, en leur faisant l'intérieur, sera surpris de se s'être fait taxer. C'est ce que l'on découvre à la lecture de Melvin (j'ai changé le nom et corrigé les fautes d'orthographe) sur le forum de Surfsession :
 
"Dans la position inverse, je me souviens m'être fait salement braquer par un hot co... alors que je venais d'entrer à l'eau dans la plus pure discrétion. J'ai bien annoncé à mon parasite que oui oui, je suis bien derrière lui et que j'aimerais bien pouvoir surfer cette jolie gauche sans la vue sur ses fesses...
Mais rien n'y a fait.. il a surfé la vague jusqu'au bout, et en revenant au pic, ma petite remarque a semblé le toucher au point de me proposer une belle bagarre sur le sable... Bref, jme suis cassé avec la belle envie de b... sa femme".
 
De même, celui qui coupe la trajectoire des surfeurs pour regagner le pic au plus vite, au lieu de contourner les surfeurs par le fond, sera assez mal vu : s'il vient de prendre une vague, il peut bien se poser deux minutes pour laisser le temps aux autres d'attraper une vague à leur tour. En outre, il risque de gêner les surfeurs dans leur évolution sur la vague, vu qu'il a choisi le chemin certes le plus court, mais pas le plus adéquat.
 

· 3. Ne pas convoiter perpétuellement la priorité

 
De là cette règle de bon sens qui veut qu'un surfeur ne se place pas systématiquement en position de priorité, en amont de tous les autres. Lorsqu'il a pris sa vague, il doit laisser la place à ses camarades avant de revenir à l'intérieur. Ceci est encore plus valable pour le longboarder ou le stand-up que sa flottabilité favorise pour démarrer plus au large que tout le monde et attraper chaque vague s'il le désire.  
 
Qu'est-ce qui permet l'existence de ce surfeur, celui qui systématiquement prend toutes les vagues, ou bien les meilleures de la série, quand bien même il y aurait largement de quoi partager sans se sentir frustré ? Quelques éléments de réponse :
 
Les surfeurs sur le spot préfèrent généralement éviter le conflit car ils sont là pour passer un bon moment. En outre, sorte de darwinisme en action, les surfeurs vont admirer un surfeur techniquement supérieur, même si ce dernier, en ne leur laissant que les miettes, les prend pour des moins que rien. Quand au stand up, posé loin au large, ils ne savent pas trop comment l'interpréter, ses propriétés de flottabilité invalident le jeu des priorités : imaginez un concourt de pêche à la ligne, un concurrent balance un bâton de dynamite et ramasse frénétiquement tous les poissons en hurlant "youhou, j'ai gagné !". Les autres participants manifesteront certainement, au minimum, un peu de perplexité.

Les articles similaires

Surf coaching 16/06/2022

La météo du surf

Surf coaching 16/06/2022

Apprendre le surf avec un coach

Surf coaching 16/06/2022

Les règles non écrites du surf

Surf coaching 19/06/2022

Psychanalyse du surf

Surf coaching 19/06/2022

Lexique surf : la Trim Line

Surf coaching 19/06/2022

Choisir sa planche en mousse

Surf coaching 19/06/2022

Mousse versus Vague

Surf coaching 19/06/2022

Lexique surf : le wipe-out

Surf coaching 19/06/2022

Les 5 pires techniques de take-off

Surf coaching 23/06/2022

Coach versus prof de surf

Surf coaching 23/06/2022

Homo sapiens en milieu océanique

Surf coaching 23/06/2022

Comment régresser en surf

Surf coaching 23/06/2022

Bambi surfing stance

Surf coaching 23/06/2022

Poussette or not poussette

Surf coaching 24/06/2022

Surf : les erreurs qui font mal

Surf coaching 24/06/2022

Le take off

Surf coaching 25/06/2022

Surf & éléments : le VENT

Surf coaching 25/06/2022

Passer la barre

Surf coaching 16/07/2022

Surfer tôt le matin

Surf coaching 29/07/2022

Hossegor : un terroir surf

Surf coaching 08/08/2022

Surfeur, l'effet caneton

Surf coaching 26/08/2022

Surfer en toute sécurité